15 janvier 2018

Où je reparle chiffons... (parce que j'ai des objectifs en la matière pour 2018 ; si si !)

Note : l'ensemble des photos de cet article sont des trouvailles Pinterest.
Elles sont juste là pour faire joli. Et aérer un peu !

En décembre 2016, j’ai rédigé un article sur ma recherche de vêtements écoresponsables, éthiques, sur lequel j’ose espérer que personne ne s’était étouffé.
A l’époque, j’avais tout à fait admis que, l’air de rien, je suis devenue une consommatrice sacrément emmerdeuse, je l’assume.
Je veux le beurre, l’argent du beurre et le cul du crémier.
Rien de moins.

Traduit en plus poli ?

Je veux m’habiller selon mes goûts et besoins.
Si possible sans créer de la souffrance (que ce soit à côté de chez moi ou à l’autre bout de la planète).
Sans provoquer non plus davantage de pollution que nécessaire (la "mode" est 2ème industrie la plus polluante, ça se pose là).
Mais sans avoir à me priver ou me saigner non plus.

Quand, en parallèle, on se lance dans une démarche de désencombrement et que nos petits travers ressortent d’autant plus, ça n’aide pas.
Je l’avais signalé : les bonnes résolutions c’est beau sur le papier, à appliquer c’est une autre paire de manches. Il faut retrousser tout ça !

Des marques qui proposent des vêtements sympas, avec de belles compositions, soucieuses d’éthique et abordables… ça existe !
C’est juste qu’il faut chercher et j’avoue que je n’ai pas forcément pris sur moi de le faire. Surtout que je trouve difficile de sauter le pas quand je ne connais pas et que je ne peux pas essayer pour vérifier que je suis vraiment bien dedans.

Au final, difficile ou pas, j’ai quand même explosé mon budget en 2017 car j’ai eu pas mal de vieux chiffons en fin de vie à renouveler (des restes de fast fashion qui terminent leur vie en fringues de jardin ou qui sont partis en recyclage).
Du coup, je n’ai pas pu y couper et j’en aurai essayé, testé et… approuvé ou non, des fringues et accessoires, tout au long de cette année :
  • du neuf,
  • de l’occasion,
  • en boutique,
  • par correspondance,
  • de la fast fashion de base,
  • de la fast fashion plus ou moins (bien) déguisée,
  • du « made in Italy » à la composition pas trop mal mais à la qualité douteuse,
  • du « made in China » (ou ailleurs) à la composition au top, qui laisse un (gros) doute sur l’éthique,
  • du non local mais éthique et écoresponsable sur les matières (moins sur le transport, forcément),
  • du « made in France », parfois très local (artisanat, créateurs) parfait sous tous les rapports (après, je ne garantis pas l’origine des matières premières pour tout).

J’ai essayé d’acheter un maximum en boutique, afin de pouvoir essayer et parce que je préfère faire vivre les petites enseignes, je n’ai pas envie de les voir disparaître des centres villes. Mais force est de constater que c’est impossible à rendre compatible avec mes critères de recherches. C’est la raison pour laquelle j’ai encore acheté pas mal de vêtements pas forcément bien sous tous rapports.
Je l’avais déjà signalé fin 2016 et ça n’a pas évolué : ne connais pas de boutique à la fois clean, stylée et abordable qui me convienne complètement ; ce sujet mériterait un article à part entière !
Du coup, pour retrouver des compositions irréprochables et surtout tester des marques écoresponsables / éthiques, je suis revenue à des achats en ligne pour finir l’année 2017 / débuter l’année 2018.

J’ai aussi testé Vinted, avec du bon, du moins bon, des abus, encore un sujet qui mériterait un article à part entière !


L’un de mes « gros » objectifs, en 2018, est d’éviter la fast fashion, au moins celle qui s’assume comme telle. Bye bye les Camaïeu, Cache-Cache, Bonobo, Newco et compagnie !
Ce n’est pas ce qui me parait le plus difficile… par contre, arrêter la fast fashion qui ne dit pas son nom, ce sera peut-être un poil plus compliqué (Esprit, Naf-Naf, S.Oliver, Caroll restent des marques qui m’ont sacrément bien dépannée ces trois dernières années).

L’objectif suivant est de m’affranchir des achats impulsifs. J’ai été raisonnable l’an dernier mais je me suis méchamment lâchée en novembre-décembre. Cependant, j’ai quand même adopté des trucs et astuces qui me permettent de tenir mon budget et d’extirper petit à petit mes mauvaises tendances (sans suivre celles que la mode mainstream tente de nous imposer).

Enfin, à terme, passer à un maximum d’achats écoresponsables et éthiques (je ne m’interdirai pas les marques de fast fashion, inutile non plus de m’auto-flageller, simplement ce ne sera qu’en cas d’impondérable).


Pour tenir tous ces objectifs, il faut que je prenne du temps pour continuer à fouiller sur le net puis que je teste personnellement – c’est encore le meilleur moyen de savoir si j’accroche vraiment ou non. Les blogs restent une bonne source d’adresses mais je conserve des pincettes (surtout que les bloggeuses fashion font part d’une objectivité similaire à celle de certains critiques de Services de Presse, si vous voyez ce que je veux dire…).

Du coup, je me demande si ça vous intéresserait que je vous parle de mes (bonnes) découvertes 2017 par la rédaction de petits articles dédiés. Pas seulement en matière de vêtements, d’ailleurs.
Mon but n’est pas de vous pousser à la (sur) consommation, juste de partager ce qui m’a plu tout en allant dans le sens de mes convictions. Peut-être que vous y trouverez de l’inspiration ou que vous aurez des conseils à me remonter.
Si vous êtes enthousiastes, il se pourrait même que je vous parle de mes fails & loose. Promis, je vous laisserai tout le loisir de vous moquer, car ça n’a rien de dramatique !


17 commentaires:

  1. Qu'est-ce la fast fashion ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un terme qui désigne à la fois un mode de "production" et de "consommation". Je te donne le lien vers l'article Wiki qui te permettra de l'appréhender (il est tellement passé dans le langage courant que je l'ai complètement intégré ; ce n'est pas du franglais, mais bien un terme que nous avons piqué aux anglo-saxons).

      https://en.wikipedia.org/wiki/Fast_fashion

      Si tu as envie de creuser le sujet et les énormes problématiques sociales, économiques et environnementales liées, tu trouveras pas mal de sources en ligne qui en parlent.

      Supprimer
    2. Je vois !

      Pour le coup, je me sens moins concernée par cette partie en particulier parce que je suis très intemporelle/classique dans mon style et je porte les mêmes vêtements genre dix ans.
      Mais vu que j'achète dans ces mêmes enseignes, il y a sûrement des choses à revoir.

      Supprimer
    3. Tiens, je suis tombée sur ça, aujourd'hui : https://www.loom.fr/pages/tshirt-histoire-de-ouf

      Supprimer
    4. C'est un des liens que j'ai parcouru quand j'ai commencé à m'intéresser au sujet. Cet article est bien conçu et illustré, merci de me l'avoir remonté.
      Tu comprends mieux pourquoi je tente de sortir de ce système petit à petit ?

      Supprimer
    5. Vraiment une coïncidence parce qu'on vient de le publier dans un groupe pour parler de l'esthétique de la page, donc j'ai cliqué sans même savoir de quoi ça parlait !

      Sinon, oui, je comprends tout à fait.
      Et je ferai moi-même plus attention, même si quand il devient urgent d'acheter des affaires (ayant perdu beaucoup de poids, je n'ai quasiment plus rien à me mettre !), je suis moins regardante, j'avoue.

      À changer !

      Supprimer
    6. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    7. Si tu n'avais jamais entendu le terme de fast fashion avant de le lire ici et que tu n'avais pas conscience de ce qu'il recouvre (plus ou moins bien ^^), ça doit déjà être une sacrée révélation pour toi.
      Note bien que mon but ne sera jamais de culpabiliser mes connaissances, au contraire, je pense qu'on avance et évolue à petits pas. Moi-même, alors que j'ai conscience de certains aspects néfastes de ma consommation, je n'ai pas encore su m'en affranchir. Je progresse petit à petit parce que j'en ai la volonté, mais clairement les moyens ne suivent pas toujours autant que je le souhaiterais (et je ne parle pas uniquement de mon pouvoir d'achat, comme je l'ai souligné dans l'article, souvent nous n'avons même pas la possibilité d'acheter "mieux").
      Le plus important, c'est que tu trouves déjà des vêtements dans lesquels tu te sens bien, avec des matières les plus confortables possible. Te connaissant, je doute que tu achètes du "jetable", de toute façon, vu que tu es minimaliste de nature par ton aspect globe-trotteuse.
      En tout cas, si tu penses que ta morphologie risque encore de changer, n'hésite pas à acheter d'occasion (friperies, Emmaüs, Vinted, etc.), ça te permettra de réaliser de sacrées économies et de conserver du budget pour changer de nouveau si tu perds encore du poids (et tu pourras remettre les vêtements dans le circuit de l'occasion s'ils sont encore en état d'être portés, sinon n'hésite pas à les faire recycler).

      Supprimer
    8. Je pense que j'avais plus ou moins conscience, parce que je regarde quand même les étiquettes (tout en avouant que ce n'est pas toujours suffisant pour moi pour ne pas acheter, donc ce serait mon premier boulot là-dessus, que ça signifie vraiment quelque chose au point de vouloir choisir un autre haut.

      Supprimer
  2. Chapardeuse16 janvier, 2018

    Oh oui, ce serait super que tu partages tes expériences !
    *mode groupie* ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, super que tu sois au rdv, on en cause ce week-end !

      Supprimer
  3. Moi je suivrai tes articles sur le sujet avec intérêt. Je déteste le shopping fringues, mais tant qu'à devoir me vêtir, autant y mettre un peu d'éthique. Je suis preneuse de bons conseils en la matière !

    RépondreSupprimer
  4. J'aime beaucoup ces articles!

    J'ai été une consommatrice fut une époque lointaine, mais j'ai dû revoir mes priorité (à cause de ma famille animale à entretenir pour être honnête) et finalement, je ne m'en porte pas plus mal. J'achète peu, des intemporels et de qualité. J'ai du mal à me pencher sur la composition par manque de temps malheureusement, ce serait d'ailleurs sans doute mon principal regret. Cela viendra sans doute...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est clair que tout est une question de priorités. Quand on a des animaux, ils passent toujours avant le reste.
      Tiens, ça me rappelle que j'ai l'affreuse à faire vacciner et qu'il faut que je rachète des pipettes anti-parasites externes (ça coûte une blinde, c'est trucs là, mais j'ai vu passer une puce sur ma rouquine).

      Supprimer
  5. J'ai réussi à consommer moins mais pas forcément mieux car j'avoue que j'ai du mal à trouver des marques éthiques dans mon budget(et je ne sais pas vraiment où chercher), je ne suis pas encore prête à mettre 50€ dans un t-shirt basique. Certaines seront sans doute "choquées" de lire ceci mais même s'il est vrai que ce n'est pas "normal" de payer un vêtement moins cher qu'une bière en terrasse, j'ai encore du mal avec les prix.
    J'ai beaucoup acheté à une période, d'où mon vide dressing sur Vinted, alors je me dis que c'est déjà une belle évolution pour moi de moins consommer. :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, ce n'est pas choquant de refuser de payer un t-shirt basique bien trop cher (certaines le font juste pour afficher une marque... c'est quelque chose que je ne comprendrai jamais).
      Si cela peut t'aider, je viens de découvrir Armedangels, c'est du beau, du bon et le t-shirt que j'ai acheté était (plein tarif) à 24,90 €, je l'ai eu moins cher grâce aux soldes. Tu pourrais regarder du côté de cette marque (elle est bien représentée sur les eshops français spécialisés en écoresponsable / éthique, et tu as aussi la boutique en ligne de la marque).

      Supprimer